Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn

L'agence de publicité tactique experte en BtoB

Nous sommes exposés à 3 000 messages publicitaires par jour !

Bigfoot réinvente l’ergonomie et le découpage éditorial, du site du conservatoire National des Arts et Métiers d’Ile de France (la campagne : ici).

L’idée étant de proposer aux internautes une accessibilité. Les informations livrées sont condensées ; place à l’essentiel. L’objectif : ne pas générer d’abandonniste et transformer chaque visiteur en un acteur/acheteur.
Une approche simple et épurée opposée à toute l’abondance visuelle et informative qui inspire Elodie Mielczareck, sémiologue.


Mais au fait, la surcharge cognitive, ça vous dit quelque chose ? Comment émerger lorsque nous sommes exposés à 3 000 messages publicitaires par jour ?

Ce terme évoque un phénomène courant et contre-productif.

A la base, le terme est réservé au domaine de l’éducation et de la pédagogie. C’est lorsque l’apprenant dépense trop de ressources cognitives en recherchant une information dont il a besoin, ses capacités de mémorisation et de concentration étant mobilisées à cette tâche, elles ne peuvent donc plus faire le tri entre ce qui est à rechercher et ce qui est à retenir. Comme le souligne Jean-François Rouet (2001): « La recherche d’informations est une activité stratégique, qui demande un bon niveau de contrôle métacognitif : savoir évaluer ses connaissances et ses besoins d’informations en fonction d’un objectif, contrôler si l’information traitée est pertinente, prendre des décisions utiles en cas de difficultés, etc. »

Si ces stratégies ne sont pas acquises, l’apprenant se trouve cognitivement surchargé et… ne retient plus rien du tout !

On peut supposer qu’au-delà du domaine de l’enseignement et de la pédagogie, le terme puisse s’appliquer au domaine plus vaste de l’information et de la communication.

Aujourd’hui, un consommateur moyen est déjà exposé à 3,000 messages publicitaires par jour (Cf. Marie Bénilde, 2007). Un flux incessant d’information né de l’expansion informatique et qui déborde jusque dans nos cadres de vie. C’est également la thèse défendue par Hartmut Rosa dans Accélération du temps : Une critique du temps social.

Hartmut Rosa. Accélération – Une critique sociale du temps – Editions La Découverte

Il nous explique : « Aujourd’hui, le temps a anéanti l’espace. Avec l’accélération des transports, la consommation, la communication, je veux dire « l’accélération technique », la planète semble se rétrécir tant sur le plan spatial que matériel. Des études ont montré que la Terre nous apparaît soixante fois plus petite qu’avant la révolution des transports. Le monde est à portée de main. Non seulement on peut voyager dans tous les coins, rapidement, à moindres frais et sans faire beaucoup d’efforts, mais on peut aussi, avec l’accélération des communications, la simultanéité qu’elle apporte, télécharger ou commander presque chaque musique, livre ou film de n’importe quel pays, en quelques clics, au moment même où il est produit. Cette rapidité et cette proximité nous semblent extraordinaires, mais au même moment chaque décision prise dans le sens de l’accélération implique la réduction des options permettant la jouissance du voyage et du pays traversé, ou de ce que nous consommons. Ainsi les autoroutes font que les automobilistes ne visitent plus le pays, celui-ci étant réduit à quelques symboles abstraits et à des restoroutes standardisés. (…) En ce sens, l’accélération technique s’accompagne très concrètement d’un anéantissement de l’espace en même temps que d’une accélération du rythme de vie. (…) Cette accélération des rythmes de vie génère beaucoup de stress et de frustration. Car nous sommes malgré tout confrontés à l’incapacité de trop accélérer la consommation elle-même. S’il est vrai qu’on peut visiter un pays en quatre jours, acheter une bibliothèque entière d’un clic de souris, ou télécharger des centaines de morceaux de musique en quelques minutes, il nous faudra toujours beaucoup de temps pour rencontrer les habitants, lire un roman ou savourer un air aimé. Mais nous ne l’avons pas. Il nous est toujours compté, il faut se dépêcher. C’est là un des stress majeurs liés à l’accélération du rythme de vie : le monde entier nous est offert en une seconde ou à quelques heures d’avion, et nous n’avons jamais le temps d’en jouir. »

Miroir d’aliénation (1999)

Une accélération aliénante du temps, une réduction des espaces, ce sont également des thématiques chères au photographe Jean-Pierre Attal. Né en 1963, il vit et travaille à Paris. Ses photographies renvoient à la ville, ses espaces, ses transports, ses lieux de consommation, de convivialité et d’individualisme. Kaléidoscope de la vie moderne, son œuvre nous renvoie à une quotidienneté parfois inquiétante.
C’est cette première photographie, «Miroir d’aliénation» qui est à l’origine de sa démarche sur ces thématiques. Attal nous explique : « « Miroir d’aliénation » (1999) qui représentait 153 photographies de pare-brise de voitures sur le périphérique (…) m’a libéré de la photographie traditionnelle du cliché unique.

« Puis l’ordinateur a fait son entrée dans mon univers. Je ne me contentais plus d’une seule prise de vue, et je me libérais des contraintes de format. Mettre en grand, révéler les détails d’une mosaïque de voitures. Voici le point de départ de ma quête. J’ai le sentiment d’être un chercheur scientifique, je dois connaître l’état de la science au moment où je travaille, et en tant que créateur, je dois apporter une strate nouvelle (…) La matière première de mon travail est l’humain dans la ville…le décryptage de la réalité urbaine…le rapport de l’individu à un paysage social, lorsque les gens ne sont plus des individus mais deviennent des fonctions. »
En fait, plus qu’une tendance, la simplicité, l’authenticité et la cohérence sont devenus des moteurs d’épanouissement individuel et collectif nécessaires.
Pour voir l’interview du monde en entier :http://www.lemonde.fr/societe/article_interactif/2010/08/29/le-monde-magazine-au-secours-tout-va-trop-vite_1403234_3224.html


Décriptage par Elodie Mielczareck,

sémiologue experte en langage verbal, non verbal et comportemental. Auteure de l’ouvrage « Déjouez les manipulateurs »
http://www.analysedulangage.com/



logo agence bigfoot

Bigfoot est une agence experte, spécialisée en communication business to business.


Nous concevons des campagnes média et hors média inventives dont la vocation est de systématiquement s’inscrire dans une logique d’efficacité. L’objectif est de générer la rencontre dans des conditions optimales entre des produits et services et une cible d’acheteurs.
Alors, tout est possible : les idées reprennent le pouvoir et les habitudes parfois bousculées pour augmenter la visibilité, générer la préférence et faciliter le passage à l'acte.
Et là, notre métier a du sens.
Pour en savoir plus, demandez une présentation agence : welcome@agencebigfoot.fr

Découvrez en quoi nous sommes des agitateurs : ici.

Les consommateurs aussi ont besoin d’être valorisés. Connaissez vous l’effet Barnum ?

[ Article Elodie Mielczareck - sémiologue ] En 1949, un psychologue nommé Forer fait passer un test de personnalité à ses étudiants. Il jette les résultats à la poubelle pour les remplacer par un texte trouvé dans la rubrique Astrologie d’un magazine. Voici le texte en question, remis à chacun des élèves : «Vous avez besoin d’être aimé et admiré, et pourtant, vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes des points faibles dans votre personnalité mais vous savez généralement les compenser. Vous avez un potentiel considérable que vous n’avez pas tourné à votre avantage. A l’extérieur, vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler, mais à l’intérieur, vous tendez à être préoccupé et pas très sur de vous-même. Parfois, vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou accompli ce qu’il fal[...]

Happy BIG year !

Très belle année 2019 !! Cette année, c'est Niark1 qui prend ses couleurs pour illustrer notre bigfoot à sa façon. Grand maître de la couleur et de la texture, Sébastien Féraut, alias Niark1, est un artiste parisien multiple. Peintre et illustrateur, son univers est peuplé d’un troupeau de créatures chimériques et psychédéliques aux yeux multiples et dents acérées… Il expose ses peintures régulièrement : Paris, Miami, Berlin, Copenhague. Sa patte d’illustrateur est repérée par Converse, Pharell Williams ou même Bugaboo qui lui permettent de disséminer ici et là quelques représentants de son bestiaire imaginaire… dont Bigfoot fait maintenant totalement partie. Merci Niark1. La visite conti[...]


Et si vous deveniez un expert en communication BtoB ?

  Est-ce que tu causes BtoB ? La communication business to business est un pan de la communication très spécialisé. Les langages et codes de communication d’une entreprise vers une autre entreprise (Business to Business) répondent à des règles induites. L’acte d’achat ; qu’il soit raisonné ou spontané, est toujours fait dans un environnement métier : un professionnel expert acquiert un service ou un produit auprès d'un autre prof[...]

Conception d’une brochure corporate : de la méthode !

La banque BCP n'est pas une banque comme les autres. Si elle fait partie du groupe BPCE, deuxième groupe bancaire de France, elle est pour autant une banque différente. Le cœur de la  BCP balance entre le Portugal et la France. C'est une banque lusophone qui s'adresse à des clients d'origine portugaise ou encore à d'autres dont le projet est de s'installer au Portugal dans le cadre par exemple, d'une retraite dorée. Tous les deux-trois ans, la banque résume les grands axes de son activité de l'année écoulée au travers d'une brochure corporate, "l'Essentiel": L'objectif est d'informer et conquérir clients et prospects (particuliers et entreprises) en présentant et valorisant les axes de développement concrets de l'établissement ; produits, services. mais aussi d'ass[...]